• Accueil
  • > Questions politiques de l'heure

Archive de la catégorie ‘Questions politiques de l’heure’

La maison de la culture de TIZI OUZOU change de vocation

Mardi 28 avril 2009

 ouldalielhadi.jpg

Depuis le scrutin du 9 avril, la maison de la culture Mouloud MAMMERI de TIZI OUZOU est le théâtre d’une contestation juvénile unique en son genre réclamant son dû promis. En effet, lors de la campagne des présidentielle, le directeur de cette institution a procédé à un recrutement de milliers de jeunes devant jouer aux applaudisseurs et applaudisseuses de BOUTEFLIKA à Tizi Ouzou. Dans les seules villes d’Azazga, de Draa El Mizan et de Tizi Ouzou, plus de 1000 jeunes ont été recrutés pour la circonstance. A l’université, plus de corruption.jpg1500 étudiants ont été inscrits sur les listes des comités de soutien du RAIS. Les moyens ne manquent pas et l’argent est disponible à gogo. Les transporteurs privés qui assuraient les lignes urbaines sont engagés à raison de 5 mille dinars la journée… La tr oupe de TBABLA qui a assuré le spectacle de la visite de BOUTEFLIKA a reçu un bonus de 200 mille dinars…etc Dans les autres communes, le nombre de recrutés temporaires varie entre 20 à 50 par commune. Les jeunes filles ayant des contrats de pré-emploi expirés, des jeunes filles n’ayant même pas le droit à l’indemnité de chômage, les jeunes filles sans ressources … ont été particulièrement ciblées par cette opération. Un peu partout dans les communes, les quartiers, les villages, dans le mouvement associatif, le croissant rouge, les commissions religieuses de mosquées, les Zaouïas, dans les cités universitaires, dans les c entres de formation… le recrutement est immédiatement assuré. Tous les moyens ont été déployés pour faire plaisir au RAIS.  Le 9 avril, comme prévu par …, le RAIS est élu à 90,56 % des suffrages exprimés. Dans la majorité des wilayas, la barre des 85% fixée par ZERHOUNI aux walis et aux chefs de daïras a été  dépassée. A Khenchella par exemple, le taux a franchi le 97 %, dépassant  même le résultat national du RAIS, selon bien sur, le même ministre de l’intérieur. Cette situation a mis le directeur de campagne de BOUTEFLIKA de la wilaya de Tizi Ouzou dans une mauvaise position.  Le budget a été épuisé, les résultats n’étaient pas satisfaisants. Sur les 30% annoncés officiellement par le ministre de l’intérieur, 22% représentent le vote des corps constitués mobilisés en nombre exceptionnel à l’occasion de ce scrutin. Devant cette situation, les promesses de rallonges financières sont suspendues et les milliers de jeunes recrutés se retrouvent « trahis » par celui qui leur promettait, quelques jours auparavant, monts et merveilles. Cette situation a provoqué des bousculades à la maison de la culture, devenue une caisse régionale d’applaudisseurs et d’applaudisseuses (CRAA). En définitif, la maison de culture n’a pas changé de vocation, elle est entrain de faire la promotion d’un autre type de culture et ce grâce au génie d’OULD ALI EL HADI et à la magie de KHALIDA MESSAOUDI.

                                                                                                                     L’arbitre du jeu  

Le conseil national du FFS : Cap sur l’avenir

Lundi 27 avril 2009

 visiondmocratique.jpg

 Le Conseil National du Front des Forces Socialistes tiendra sa session ordinaire les jeudi 30 avril et vendredi 1 mai 2009 au siège national. Selon un communiqué du FFS, il sera procédé lors de cette session à l’évaluation globale du scrutin présidentiel et à la définition de nouvelles perspectives politiques. L’appel lancé, il y a 2 ans, lors du 4ème congrès du parti aux forces du changement, réitéré dans l’appel d’AIT AHMED du 8 avril 2009 est un choix stratégique du parti pour construire une véritable alternative de changement. Selon le FFS, le boycott populaire et massif du scrutin présidentiel du 9 avril 2009, en dépit de la propagande officielle et malgré la mobilisation de moyens financiers importants et les pressions multiformes exercées contre la population, a encore une fois montré la maturité politiq ue des citoyens et leur adhésion aux idées du changement. Le FFS, selon le communiqué de sa direction, a l’espoir de partager ce chemin avec les personnalités politiques dont l’engagement en faveur de la paix et de la démocratie ne souffre d’aucun doute.

                                                                                                                               L’arbitre du jeu

Le pole démocratique, Benbitour, Saadi et les autres

Lundi 27 avril 2009

 symboledeladmocratie.jpg

Dans une contribution politique parue dans le soir de Bruxelles le 8 avril 2009, la veille du scrutin présidentiel, AIT AHMED HOCINE a appelé tous les Algériens unis par un même souci de démocratie, de liberté et de justice, à assumer leur responsabilité dans l’avenir. C’est un appel du cœur et de la raison d’un chef politique qui milite et qui croit que seule une alternative politique crédible de changement est capable de rendre espoir aux Algériens écrasés par plus de 5 décennies de gestion opaque et violente du pays.  Réagissant à cette déclaration, le chef du RCD, l’a qualifiée d’excellente initiative et de réelle opportunité pour les démocrates de s’unir et de se regrouper. voila une autre manip, AIT AHMED ne s’adresse jamais à ces individus, il les connait assez bien.

Coup de bluff politique d’un leader en déroute qui, multiplie les appels en direction du FFS pour les besoins de sa propre survie politique. Quant au FFS, qui croit que seule la société est capable de construire le changement considère que le premier changement réside dans la capacité des forces politiques autonomes, non compromises et crédibles, à écouter la société et à construire un contrat de confiance avec elle. Le FFS qui demeure attaché à l’éthique du débat apaisé, demeure également attaché à sa position politique de refus de toute alliance populiste, de hasard, sectaire ou tribaliste. 

                                                                                                                  L’arbitre du jeu 

Fin de suspens et ambitions en baisse !!!

Lundi 27 avril 2009

 gouvernement.jpgopportuniste.jpg

Le dernier scrutin présidentiel du 9 avril 2009 a révélé que le pays est l’otage d’une caste d’opportunistes. l’Etat, même dans sa représentation policière et administrative s’efface au profit de la pègre, des affairistes, des véreux et les champions de la débauche …Une tendance dangereusement voyou de l’Etat. Cette réalité d’aujourd’hui, montre bien que ce qui se passe dans le pays, n’est ni le produit du hazard, ni une simple restructuration du parti unique. Cest une startégie d’asservissement violent de la société. l’alimentation par l’injection de l’argent dans ce milieu provoque un phénomène de construction de réseaux et d’associations de malfaiteurs en tous genres. Ces réseaux constituent une toile maffieuse. Cette toile remplace l’Etat. Une situation qui favorise l’émergence d’une caste d’opportunistes dont les ambitions dépassent tout entendement. C’est vraiment le cas de le dire. LAMARA Benyounes se voyait ministre! OULD ALI EL HADI se voyait ministre! MOH CHERIF HANNACHI se voyait ministre! SERRAR se voyait ministre! …. Tous les escrocs du 3ème mandat se voyaient ministres. Le seul mérite de cette élection est d’avoir clarifier au grand jour que BOUTEFLIKA est la plus grande arnaque de l’histoire et qu’il mérite qu’on lui descerne le prix Nobel de l’escroquerie politique.

                                                                                                                        L’arbitre du jeu

Maintien du gouvernement de l’escroquerie électorale

Lundi 27 avril 2009

 escroquerie.jpg

Bouteflika a décidé de maintenir le gouvernement d’AHMED OUYAHIA. Donc, sans surprise, l’architecte de la fraude électorale des présidentielles est maintenu à son poste d’exécutant. Une routine institutionnelle qui se répète depuis belle lurette. Du déjà vu, du déjà entendu … etc  Lors de la campagne électorale, le premier secrétaire du FFS a qualifié le scrutin du 9 avril 2009 de « simple opération de faire semblant de tout bouger pour que tout reste en place. » 

Le maintien du réputé « homme des salles besognes » et son staff dans le gouvernement, est la confirmation de l’option politique de mépris et d’arrogance politique envers le peuple Algérien. Le peuple algérien est traité de fait en ennemi. Voila l’interprétation la plus juste à faire de cette énième insulte nationale. Il s’agit bel et bien d’insulte que de remettre l’emkhiar, taa lemkhiar taa lemkhiar des Kabyles de service à la tête d’un pseudo-gouvernement. Mais bon, la réalité est que, le seul chef dans ce pays c’est TOUFIK, les autres font semblant !! 

                                                                                                                             L’arbitre du jeu 

Nicolas SARKOZY, Carla BRUNI, BOUTEFLIKA et ????

Samedi 25 avril 2009

bnouteflika2.jpg carlabruninue311.jpgLe chef de L’Etat BOUTEFLIKA effectuera  une visite en France au courant du mois de juin 2009. Première sortie du chef de l‘Etat après son incroyable élection pour la 3ème fois. Selon la presse nationale du samedi 25 avril, le chef de l’Etat ABDELAZIZ BOUTEFLIKA a accepté l’invitation de Nicolas SARKOZY et ce 24heures après la déclaration de l’ambassadeur de France en Algérie M. Xavier Driencourt, qui avait déclaré que l’invitation adressée au chef de l’Etat algérien n’a pas été encore confirmée. UNE VRAIE histoire de la bergère qui répond au berger ! Mais bon, cela relève plus des usages. Mais justement restons dans le protocole, les chefs d’Etat occidentaux généralement se font accompagnés dans ce genre de cérémonies et de rencontres par leurs femmes ou épouses qu’on surnomme protocolairement la 1ère dame. Ce n’est jamais des rencontres bilatérales plutots des quadrilatérales, c’est-à-dire la bilatérale des chefs plus la bilatérale des premières dames, ça vous donne la quadrilatérale. Si de l’autre côté de la méditerranée, on connait la 1ère dame de France qui n’est autre que la célèbre chanteuse d’origine Italienne, la charmante et belle CARLA  BRUNI. Du côté de la délégation algérienne, il y a Bouteflika qui assure les bilatérales mais …. ALLAH GHALEB. Pourtant la loi fondamentale du pays, c’est-à-dire la constitution, et même la loi organique portant loi électorale, il est fait obligation aux  postulants à la magistrature suprême d’être mariés, d’être de nationalité algérienne … cette fois, CARLA BRUNI risque de se retrouver sans vis-à-vis sauf si BOUTEFLIKA, trouve une parade en se faisant accompagner par Khalida MESSAOUDI. Dommage pour ??? S’il n y avait pas la mésentente électorale de dernière minute, BOUTEFLIKA aurait certainement choisi de se faire accompagner par  celle qu’il surnomme lui-même la 1ère dame : LOUIZA HANOUNE 

L’arbitre du jeu 

Fin de parution de l’hebdomadaire EL MOUHAQIQ

Mardi 21 avril 2009

ca0iij9k.jpg

Le directeur a déclaré que l’hebdomadaire national « EL MOUHAQIQ » est arrêté de paraître pour des raisons financières. Dommage pour le paysage médiatique national qui perd un de ses hebdos. La mise à l’arrêt d’un journal, quelque soit sa ligne éditorial est une restriction de plus des espaces d’expression, c’est une parole qui s’éteint et c’est une plume qui s’efface. 

 

L’Algérie est un pays unique, un journal se ferme à cause d’un problème d’argent, une usine se ferme à cause d’un problème d’argent, un chantier s’arrête à cause d’un problème d’argent… dans d’autres secteurs tout marche bien et l’argent ne manque pas, les directoires de campagne, les dealers en tout genres, la pègre et la maffia locales, le système de la corruption fonctionne à plein temps … Voila un pays qui a choisi de prendre inversement le train de l’histoire 

 

L’arbitre du jeu 

LALA L’OUIZA

Mardi 21 avril 2009

louiza.jpgDurant toute la campagne électorale, Louisa HANOUNE a brillé par sa stratégie de communication unique en son genre. De la superstition à la voyance en passant par la daâwa. Rien n’a été oublié, ni les saints et ni les lieux saints. A SETIF, elle a demandé à dieu de châtier les partisans du boycott. Dans ses prestations télévisées, elle se présentait comme alternative au système du parti unique et plaide en faveur d’une économie étatisée et collectivisée. Pour les besoins d’un équilibre interne au PETE, elle brandit la menace des législatives anticipées. Envers l’UGTA, elle cède même sur le sigle de son parti, puisque la centrale a édité un prospectus intitulé Bouteflika, le candidat des travailleurs… une série interminable de concessions. Louisa est presque nue avant même le scrutin. 

Elle pensait que son histoire d’amour allait se terminer par des noces honorables. Elle a oublié que ces sauvages confondent entre viol et noce. Le lendemain, la dame exemplaire comme la surnomme BOUTEFLIKA a obtenu quelques miettes. Au QG de campagne, on entend : ce n’est pas possible !! Incroyable !!! eh eh eh !! ay ay ay !!! ils ont osé !!! ba ba ba !!! 

Le surlendemain, LOUIZA furieuse déclare que la fraude est généralisée, massive systématique, sauvage … mais ce n’est pas ZERHOUNI, ce n’est pas BOUTEFLIKA, ce n’est pas OUYAHIA, ce n’est pas SELLAL…  ALLAH ALLAH A LOUIZA 

L’arbitre du jeu 

 

LARBI BELKHEIR LE GACHEUR

Mardi 21 avril 2009

 belkher.jpg

Absent à la cérémonie de prestation de serment de BOUTEFLIKA, le dimanche passé, le Général LARBI BELKHEIR n’est plus au devant de la scène. Certaines indiscrétions disent qu’il n’est plus depuis le 5 avril. L’urne (cercueil) n’a pas été cette fois au rendez vous avec SI LARBI. En 1991,  de son poste de l’intérieur, il avait annoncé les résultats du 1er tour des législatives. Un processus électoral vite remis en cause par les généraux dont BELKHEIR. Un dirigeant islamiste l’avait même qualifié de GACHEUR. 18 ans après le 9 avril 2009, SI LARBI semble être l’oublié de cette élection. Certains disent que l’annonce de sa mort est pour bientôt, différée depuis le 5 avril 2009 pour ne pas gâcher la fête du 3ème mandat.   

Malgré les démentis de sa famille, la question reste posé : BELKHEIR est-il mort ou vivant ? Le seul démenti crédible ne peut être qu’une apparition publique, le reste relève de la gestion des morgues et des affaires familiales.

 L’arbitre du jeu 

 

Les chiffres et les officiels

Mardi 21 avril 2009

Le total des travailleurs salariés officiellement déclarés dans notre pays 

Dernièrement quelques organes de la presse française ont fait état de « favoritisme » dans l’octroi des marchés en Algérie. Si pour les sociétés étrangères, les marchés sont déclarés infructueux, pour les sociétés chinoises c’est les bonnes affaires. Certains sont allés jusqu’à dire que les chinois ont pris la part du lion. Réagissant à cette situation (source EL WATAN du 16.04.09), un haut cadre du Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité Sociale a donné le chiffre de 25000 travailleurs étrangers titulaires de permis de travail en Algérie, parmi lesquels 21000 sont des chinois. Selon ce même cadre, les 25000 emplois offerts aux étrangers, ne représentent en effet que 0,8% du total des travailleurs salariés officiellement déclarés dans notre pays.

 Si pour les officiels Algériens, l’utilisation de la main d’œuvre étrangère est devenue incontournable eu égard à l’évolution des techniques de construction et à la nécessité de réaliser vite et à moindre coût certains projets inscrits dans les programmes de relance, il n’en demeure pas moins que les chiffres qu’annoncent sur un autre registre nos ministres, notamment celui de la solidarité qui affirment que seuls 12% d’Algériens sont au chômage, posent un vrai problème de fiabilité des chiffres, voire du sérieux des institutions en charge de ces statistiques. Mentir à soi-même semble devenir une philosophie chez ces … qui nous gouvernent !!!   

L’arbitre du jeu
 

1234