• Accueil
  • > Le pétrole et l'argent du pétrole

Archive de la catégorie ‘Le pétrole et l’argent du pétrole’

Le pétrole, un problème ou une solution ?

Dimanche 19 juillet 2009

petrole.jpg 

 Les économies basées sur l’exportation du pétrole traverseront une zone de graves turbulences dans les prochains mois. L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a de nouveau revu en baisse sa prévision de demande mondiale de pétrole pour 2009, prévoyant désormais la plus forte chute annuelle depuis 1981 (-3%), selon son dernier rapport. Les effets de la crise financière atteindront les pays qui se sont crus à l’abri. Certains économistes prédisent que pour les économies qui fonctionnent sous le régime de pompage et vente du pétrole, l’avenir sera plus qu’incertain. Une manne en sous sol est mieux protégé que les comptes dans les banques.  La question se pose à toute l’humanité : Le pétrole sera-t-il le problème ou sera-t-il la solution ? 

Posté de HASSI MESSAOUDun syndicaliste

Silence démolitions !!!

Dimanche 12 juillet 2009

ainelhemmam.bmpaainelhemmam1.bmp

Depuis quelques mois, les engins de la commune de AIN EL HEMMAM sont mobilisés pour mettre à exécution la décision de démolition de la majeure partie des bâtiments de la ville, menacés d’effondrement par le glissement continuel de terrain. Des bâtiments construits il y a à peine 20 ans.  Ces constructions devaient répondre aux normes adaptées à la nature du relief. La ville de AIN EL HEMMAM a connu depuis 1990, une urbanisation anarchique et sauvage.  Construits vers les années 90, du temps de la mairie RCD, ces bâtiments ont eu la vie la plus courte dans l’histoire du bâtiment, puisque le même parti revient 19 ans après pour procéder à leur démolition. Il est vrai que les motifs de leur démolition ne sont pas les mêmes que ceux de leur construction, même si le parti est resté le même. Nous reproduisons ci-après la déclaration de la section locale du FFS.  Sur insistance des citoyens de cette commune, nous avons décidé de republier la déclaration du FFS qui date pourtant de plusieurs mois.  

(suite…)

Les affaires, la maffia et les femmes

Dimanche 17 mai 2009

gaidsalah.jpglilyaivanov.jpg

Entre MOSCOU et ALGER 

Les affaires, la maffia et les femmes 

Avec plus de 1.366.000 de dollars en 2008, l’Algérie occupe la deuxième place parmi les pays importateurs d’armes russes. Lors de la présentation de son inventaire des ventes de l’année 2008, la société « Rosoboronexport » qui dirige les exportations Russes en armement a révélé que l’Algérie occupe la 2ème place de la liste de ses clients. L’Algérie a signé de nouveaux contrats d’un montant global de 1 milliard 366 millions de dollars. La première place est occupée  par l’Inde. La chine occupe la troisième place (1,357 milliards de dollars). Ce volume des importations a été réalisé par ROSOBORONEXPORT grâce à la séduisante dame chargée des affaires et aussi responsable de la boite ROS-EXPORT en Algérie. Psychologue de formation, elle a été nommée directrice générale des affaires auprès des pays du Maghreb et de l’Orient depuis 3 ans. LILYA IVANOV est une charmante et séduisante jeune fille âgé de 31 ans qui « se débrouille parfaitement bien » disent les membres du cabinet économique. Son exceptionnel talent réside dans sa méthode unilatér ale  de mener les discussions. Elle aime mener les négociations dans des lieux sombres et particulièrement parfumés à l’odeur de la vodka. L’année dernière, elle a même réussi à s’entretenir durant plus de 3heures avec son « homologue », le général GAID SALAH dans une luxueuse villa à Zeralda. Elle n’hésite pas à faire venir les plus belles filles de l’université ROSTOV de Russie pour des séjours particuliers à Club des pins. D’autre part, le journal «  Rossiskaïa Gazeta  » a publié un rapport du Directeur Général de la même société, M. Sergei Chemezov affirmant que Moscou œuvre actuellement « à répondre aux demandes d’armements de l’Algérie et que « par la suite, des demandes importantes de l’Algérie seront fabriquées localement ».

L’arbitre du jeu

Des projets sans études préalables

Samedi 25 avril 2009

 projet.jpg

C’est ce qu’a révélé un professeur spécialisé dans l’évaluation des grands risques. Selon lui, des décisions sont prises et des travaux son engagés pour réaliser des projets sans étude fiable et sans consultation aucune des bureaux d’étude spécialisés. Ces projets mobilisent des moyens humains énormes et des enveloppes financières considérables. La construction d’une station de dessalement d’eau  à moins de 400 mètres de distance de la station de fabrication d’électricité fonctionnel à Gaz d’EL HAMMA représente un danger réel sur la population. La construction d’une faculté de Médecine à château neuf  situé entre les deux communes d’EL BIAR et de BEN AKNOUNE, sans tenir compte du volume de circulation routière qui atteint parfois l’asphyxie et sans tenir compte également de la nature de la terre, non urbanisable de l’avis même des études de sols effectuées récemment étant situé entre les deux oueds  du val d’Hydra et Bab el oued, est une preuve d’irresponsabilité. Même constat sur le projet de construction d’un e faculté de droit à SAID HAMDINE, un des points noir de la circulation routière à Alger.  Il faut dire que chez nous, les études ne sont pas importantes. Tant qu’il n’y a pas de séisme ou des inondations pour mettre en place une commission d’enquête qui finissent souvent par chercher et trouver des petits bouc émissaires, les seules études qui sont faites, c’est la part de tel entrepreneur, de tel ministre, de tel commandant, de tel amie, de telle belle femme… etc  Tant qu’il y a du pétrole, il n’y a pas de nécessité de faire des études. BARAKA ILAHIA  L’arbitre du jeu