• Accueil
  • > La clarification sportive

Archive de la catégorie ‘La clarification sportive’

YASMINA KHADRA, un soldat

Dimanche 17 mai 2009

yasminakhadra1.jpgyasminakhadra.jpg

Yasmina Khadra, est un écrivain algérien particulier. Son parcours de militaire et son talent d’écrivain font de lui un personnage différent. Certains le qualifient de nouvelle révélation de la littérature, un titre dont il est accrédité par les hautes autorités de la langue et de la littérature françaises. D’autres, n’hésitent pas à se poser la question sur son indépendance personnelle et son autonomie de pensée. Yasmina Khadra est nommé au poste de directeur du Centre Culturel Algérien sur décision de Bouteflika. Selon des indiscrétions, sa nomination a été décidée par les autorités d’Alger pour deux objectifs essentiels. Contrecarrer d’un côté, la fulgurante ascension intellectuelle de Boualem SENSAL, un écrivain critique et un observateur aguerri de la chose politique et de l’autre côté, tout faire pour que le Centre Culturel Algérien ne devienne pas une tribune d’expression des intellectuels algériens de l’opposition qui résident à l’étranger. En définitif, YASMINA KHADRA était soldat hier, il est soldat aujourd’hui. Il y a eu un changement de forme, c’est-à-dire dans les méthodes et les moyens, mais l’objectif reste le même. Yasmina reste un docile serviteur aux ordres du système. Lors d’un  entretien qu’il a accordé récemment, il dit clairement à l’auditoire, que « chez moi (au CCA) tout le monde peut venir (sans invitation), tout le monde pe ut  s’exprimer, mais pas sur le « système ». « Pas de noms propres. » « Le système », wallah moi je m’en fous un peu, j’en ai même marre » En définitif, notre écrivain continu indifféremment de marcher au pas comme un soldat, même dans une institution culturelle. QADEM SILAH-EK QADEM QALAAM-EK !!

L’arbitre du jeu

La cascade journalistique de Kamel amarni

Vendredi 15 mai 2009

 logosoirdalgerie.jpg

Le journal le SOIR D’ALGERIE se restructure. Cette restructuration « necessaire » a bien commencé avant le scrutin du 9 avril 2009. Analysez ! 

Ce sont là, deux extraits de deux articles distincts de Kamel AMARNI, journaliste au quotidien francophone « le soir d’Algérie ». Le premier article a été publié dans l’édition du 1 avril 2004 et le second le 6 avril 2009. Deux articles parus dans le même journal « LE SOIR D’ALGERIE », signés par le même journaliste Kamel AMARNI à 5 années d’intervalle qui séparent le 2ème mandat de 2004 du 3ème mandat de 2009 de BOUTEFLIKA.  La reproduction de ces deux articles (extraits) vous donnera le moyen le plus simplifié possible de faire  la comparaison vous même. Vous allez vous apercevoir que le dit journaliste, pourtant réputé d’être un opposant acharné de BOUTEFLIKA, est passé de l’extrême virulence contre RAIS, à la plus sympathique des expressions pour le RAIS. Un revirement spectaculaire digne de Bochus. M. KAMEL AMARNI, autoproclamé secrétaire général du syndicat national des journalistes, n’a fait que révéler sa vraie nature. Un opportuniste. 

(suite…)

HANACHI se prépare pour son 13ème mandat

Dimanche 3 mai 2009

hannachi.jpgjsk.png

HANNACHI est à son 13ème mandat à la tête de La JSK. Le club est passé par toutes les tempêtes, les remaniements, les crises multiples et multiformes, le patron de la JSK reste toujours en place. Au péril de la prestigieuse équipe du DJURDJURA, son président Moh CHERIF HANNACHI, propriétaire de plusieurs sablières dans la région de Kabylie, est devenu, après quelques années à la tête de cette équipe, un archi milliardaire. Cette fortune lui permet d’assurer la pérennité de son pouvoir sur l’équipe ainsi que sur le secteur du sport dans toute la région. Il n’hésite pas à crier sur tous les toits pour dénoncer la HOGRA de l’Administration, mais il n’hésite pas aussi à inviter à un déjeuner sportif le 1er Ministre, à adresser ses félicitations au RAIS et à mobiliser le personnel administratif et sportif du club pour accueillir BOUTEFLIKA. Sa connivence avec l’Administration lui assure des subventions annuelles conséquentes, et ce, au détriment des autres associations sportives. Tantôt fidèle à ABANE Ramdane et tantôt pro-Bouteflika, au gré des conjonctures, il slalome entre la SOUMMAM et OUJDA, entre Mohand IKHERBANE et Ahmed OUYAHIA …

Les fans de la JSK se posent la question sur le pourquoi du retrait de tous les anciens joueurs de la JSK ? Pourquoi à chaque fois qu’un ancien joueur prétend  diriger la JSK il est vite écrasé par l’industrie du mensonge de HANACHI ? Comment un club qui aspire à un rang professionnel maintient-il à sa tête quelqu’un pour qui l’argent passe avant tout ?

Ce sont des questions à poser à chacun de nous et surtout aux observateurs des affaires sportives. Laissons les fans, les joueurs, les supporters, les spécialistes trouver les réponses !!!      

L’arbitre du jeu 

La TOMBOLA, ESS ET SERRAR

Samedi 25 avril 2009

setif.jpgLors de la campagne électorale du scrutin présidentiel du 9 avril 2009, le président directeur de l’équipe de football de SETIF, M. SERRAR, ancien joueur de Sétif et de l’équipe nationale, n’a trouvé d’intelligent pour soutenir BOUTEFLIKA que l’organisation d’une TOMBOLA, dont la condition de participation est la présentation de la preuve d’avoir voté au présidentielles, condition N°01, d’avoir voté pour BOUTEFLIKA, condition N°02. Les organisateurs de cette TOMBOLA se sont même entendus avec l’administration locale, à sa tête le wali, pour que les bulletins de vote restants soient retirés et détruits le lendemain pour ne pas fausser le déroulement de la TOMBOLA.    Les participants à cette opération étaient donc obligés de présenter à la fois, la carte de vote et les bulletins des 5 autres candidats. Le 10 avril, le comité d’organisation a enregistré des centaines de requêtes de citoyens qui demandent qu’on leur allège ces formalités et que l’on réduise les conditions de participation à une seule condition: celle d’avoir voter.

serrar.jpgPrenant acte de cette revendication, M. SERRAR a examiné la requête et décidé de limiter à une seule condition. Quel est le motif ? Les citoyens n’arrivent pas à trouver les bulletins de vote des a utres candidats parce  que le taux à SETIF n’a pas dépassé réellement les 13% de participation et qu’il est difficile de trouver dans les poubelles des isoloirs des différents centres de vote, les bulletins de LOUIZA HANOUNE, MOUSSA TOUATI, DJAHID YOUNSI, MOHAMED SAID OUBELAID, ALI FAWZI RABAINE.  L’arbitre du jeu