LA PRESSE NATIONALE

casquettemilitaire.jpgipresse.jpg

Dirigée par les services et pour les services! 

Il est notoirement su que la presse algérienne est totalement dirigée par les services et pour les services! Au lendemain de l’indépendance, existaient deux quotidiens nationaux: El Moudjahid et Le Peuple.  Pour nos jeunes qui ne le savent pas, ces deux journaux sont les moyens d’information de l’Etat algérien. Les journalistes qui y écrivaient, étaient au service de l’information que voulait passer le régime de l’époque. Nul journaliste n’avait le droit de s’exprimer à sa guise et surtout d’outrepasser les consignes données par la direction de la publication nommée par le Ministre de l’Information de l’époque. Au lendemain de l’avènement du multipartisme, furent crées une multitude de journaux indépendants qui, croyant pouvoir s’ouvrir vers une information libre, se rendirent vite à une triste réalité. Tous les quotidiens sans exception ont été mis au pas et, l’information ne leur ai donnée par les cercles du pouvoir que par compte-gouttes et, bien filtrée. Bien des journaux ont été obligés de mettre aussitôt la clef sous le paillasson pendant que les autres furent astreints à coopérer avec les services de l’état pour maintenir leur survie. La loi scélérate sur l’information ayant été votée par une assemblée nationale fantoche a mis fin à la liberté de la presse et, et plusieurs peines d’emprisonnement ont été prononcées à l’encontre de beauco up de  journalistes qui ont enfreint à cette loi. Le problème est que parmi nos journalistes, il y en a qui sont “peureux” et d’autres plutôt “véreux”! Quand vont-ils s’entendre pour mieux s’organiser et arracher ce droit de mieux informer car la population a le droit de savoir.

 Posté par AMGHAR AZZEMNI 

Une réponse à “LA PRESSE NATIONALE”

  1. smail dit :

    Militer aujourd’hui au sein d’un parti démocratique tel que le FFS n’est surement pas une simple sinécure.
    Le FFS est certainement un parti à prendre trés au sérieux tant sur le plan revendication politique qu’organisation structurale.
    Sur le plan politique,le militant est astreint à transporter tout d’abord en lui un engagement et des convictions en conformité avec l’idéologie socialiste qu’incarne le parti.Quant au plan organisation,le FFS s’est notamment doté de réglements et de résolutions sérieux à tel point que nulle désobéissance ne soit admise voire meme acceptée.
    Pour exemple,le dernier conseil national extraordinaire tenu le 24 Juillet 2009,a sonné comme un glas dans l’enceinte de la salle de réunion,car la commission de médiation et de réglements des conflits a rendu son verdict sur l’affaire des Maires FFS qui se sont rendus coupables de désobéissance en répondant plutot aux appeaux du pouvoir qu’aux mises en garde de la Direction Nationale.Plusieurs sanctions que l’on peut juger clémentes ont été prononcées contre ces derniers, car bon nombre de militants auraient voulu que ces derniers soient irrémédiablement exclus des rangs du parti.
    Par ailleurs,cette meme commission a présenté devant les memebres du conseil national,l’introduction d’un article jugé trés important (Art.24 bis) relatif à la sanction à prendre contre un membre du conseil national qui aurait manqué à la déontologie politique du parti.Cet article, avait aprés sa lecture, soulevé quelques remous rébarbatifs parmi les membres du conseil national qui l’ont jugé trop pénalisant.Le premier secrétaire national,Mr Karim Tabbou,prit la parole pour remettre de l’ordre dans les idées de ces derniers qui ont tout de meme fini par son adoption à l’unanimité.
    En conclusion,nous pouvons annoncer qu’au FFS, c’est du sérieux et que tous ses militants on en pris conscience et c’est tant mieux pour le parti.
    Salutations fraternelles et militantes.

Laisser un commentaire