Elections présidentielles en Mauritanie

gnralenmauritanie.jpgdrapeaumauritanie.jpg

Elections africaines : le général est élu, le peuple exclu et les candidats protestent 

Finalement et comme prévu, le Général est élu et les candidats protestent et crient « a la mascarade électorale », c’est ce qui s’est passé en Mauritanie. Un pays dont lequel se succèdent les putschs et les coups d’Etat dans une cascade d’alternance de tribus, de clans et des groupes d’intérêts. Le scénario est le même dans la quasi-totalité des pays du continent. A quelques rares exceptions comme le Ghana, Afrique du Sud, le Mali et à un degré moindre, le Sénégal, les pays africains sont l’otage d’oligarchies et de juntes militaires qui continuent de sévir par la violence et le musèlement. Une situation qui ne soulève même plus l’indignation des « chantres de la démocratie » qui pour accéder aux richesses naturelles de ces pays, laissent faire les pires des dictateurs et les sanguinaires les plus sauvages. Même les conseils « très poliment » exprimés par Obama à l’occasion de sa première sortie en Afrique, demandant que cesse les coups d’Etat et les révisions constitutionnelles répétitives de maintien et de monopole du pouvoir contre les peuples, n’a pas été entendu. La logique des dictateurs africains de « tout céder à l’extérieur pour tout prendre à l’intérieur » semble bien fonctionner avec des dirigeants occidentaux qui, pour maintenir le niveau de vie de leurs société et leurs popularité en ces temps de crise financière grave, sont disposés à soutenir les plus sanguinaires des régimes pour peu qu’il leurs procure les avantages. En Algérie, le chef de l’Etat a révisé la constitution et organisé un scrutin « UNIQUE ET INIQUE » pour se maintenir à vie, au Niger, le chef de l’Etat, contre toutes les normes institutionnelles, décidé de dissoudre la cours constitutionnelle pour avoir déclaré non-conforme à la  constitution un projet d’amendement constitutionnel, en République démocratique du Congo, le chef de l’Etat a été assassi né puis remplacé par son fils, au  Gabon, c’est le fils du président décédé Omar Bongo qui se porte candidat aux élections … Ces régimes sont devenus la source de tous les malheurs qui arrivent à l’humanité africaine, il faut s’en débarrasser. Comment ? Seule la lutte paye !!!

Posté par un militant

Laisser un commentaire