BOUTEFLIKA est-il le pouvoir où une simple potiche ?

 pouvoir.bmpbouteflika.bmp

Titre choisi par le modérateur 

Nos hommes politiques ont tendance à parler de règne de Bouteflika! L’est-il réellement? Bien sur que la réponse est pratiquement négative, car ce dernier n’est en fait qu’un personnage utilisé par les vrais tenants du pouvoir pour faire taire toutes les clameurs internes et externes sur la question de la démocratie en Algérie. Bouteflika, est également une entrave à la marche démocratique entamée dans les années 80 par la jeunesse éveillée et assoiffée de justice de l’époque. Le régime, usant de ce stratagème qui consiste, à rappeler à la barre technique, l’homme qui a fait une traversée du désert sans avoir pu trouver un lien avec le pouvoir qu’il a toujours chéri, était presque certain qu’il tenait en lui celui qui l’aiderait à perdurer tout en gardant le fil de la décision politique dans le pays. Des élections entachées de fraude à l’échelle industrielle ont eu finalement raison de l’espoir des populations algériennes. La démocratie que nous espérions est remise définitivement aux calendes grecques et  les libertés sont bafouées au quotidien par les suppôts du pouvoir sous couvert de la lutte anti-terroristes. L’état d’urgence est maintenu dans une durabilité infinie. La presse que l’on croyait indépendante, supposée être le tremplin adéquat pour un combat démocratique, n’est devenue que l’ombre d’elle-mê me: e lle a été muselée et mise au pas par les tenants du régime en promulguant une loi scélérate sur le code de l’information. Les journalistes récalcitrants se sont tous vus poursuivis pour diffamation ou autres et quelquefois jetés en prison. Que reste-t-il donc comme moyens de lutte pour un combat démocratique? Apparemment, ils sont très limités, tant le pays devient de plus en plus policier et oppressif ! L’état d’urgence vous interdit toute manifestation dans la rue, même pacifique! Les partis politiques sont interdits de réunions publiques sans autorisation préalable des wilayas. Ces derniers, pour éviter des affrontements et d’éventuelles présentations au parquet, sont obligés de se recroqueviller .Leurs activités politiques sont donc très limitées! Les intimidations sont devenues très fréquentes de la part des services de sécurité ce qui éloignent les militants des partis de la vraie politique de revendication démocratique! Alors que faire maintenant? Pourtant il va falloir chercher des solutions pacifiques de lutte afin de rétablir une cohésion des populations et donner la possibilité à notre peuple de construire une économie nationale durable. Sinon, bonjour les dégâts et la déconfiture de notre état nation. 

Posté par SMAIL 

Laisser un commentaire