Les mémoires de LEKHDAR BOUREGAA

bouregaa.jpg

Commandant de la wilaya 4 

Lakhdhar Bouragaa, Commandant Si Lakhdhar, a passé six ans au sein de l’ALN, en Wilaya IV, dont il a été membre du Conseil, après avoir commandé la célèbre compagnie Zoubiria. Il est né le 15 mars 1933 dans la commune d’El-Omaria, dans la région de Médéa, sur le versant sud de l’Atlas blidéen. La région, pauvre, bouillonnait d’activisme dans les années quarante et au début des années cinquante, avec la présence de nombreux militants comme Tayeb Djoughlali, Souidani Boudjemaa, et aussi en raison du relief accidenté qui offrait des possibilités à la guérilla. C’est également une région charnière de transit entre l’est vers l’ouest du pays, et un refuge naturel pour les militants fuyant Alger.

En 1956, Lakhdhar Bouragaa rejoint l’ALN dans cette zone, où se trouvent déjà des noms célèbres : Ali Khodja et Si Lakhdhar notamment, ainsi que Souidani Boudjemaa, Tayeb Djoughlali, Si M’Hamed Bougara et d’autres encore. Il fait rapidement partie des unités d’élite, se forge un nom parmi les unités les plus reconnues, passe au sein des commandos et des katibas, pour finir par une diriger une des plus fameuses, la Zoubiria, qui donnera plus tard son nom à une petite localité de la wilaya de Médéa. Il passe rapidement officier, côtoie les plus grands noms de la Wilaya IV à cette époque : Bougara, Si Salah, Bounaama. Avec ce dernier, il jour un rôle clé pour mettre fin à l’affaire de l’Elysée, contribue à retourner la situation en faveur de l’ALN, devient chef militaire de la Wilaya IV aux côtés de Si Hassan et membre du Conseil National de la Révolution algérienne, jusqu’à l’indépendance. Il tient un rôle clé dans la guerre interwilayas : ses unités sont confrontées à l’armée des frontières dans la région sud de la Wilaya IV, qui contrôle Alger mais se refuse à se laisser entraîner dans une lutte fratricide. Son tempérament d’homme indépendant le mène naturellement à l’opposition et même  à la prison sous Boumediène : accusé d’avoir soutenu Tahar Z’Biri en 1967, il sera détebnu jusqu’en 1975.

Notes de Bibliothèque

 

4 Réponses à “Les mémoires de LEKHDAR BOUREGAA”

  1. Ahekani dit :

    Eh Arbitre du jeu , je suis de retour!

    je me rend compte avec beaucoup de plaisir que ton blog est de plus en plus riche et tranchant,bravo donc pour cette abnegation salutaire.

    J’ai preféré signer mon retour via cet article car Lakhdar Bouregaa pour les gens qui le connaisent pas,est d’une clairvoyance deroutante et d’une simplicité marquante.

  2. algerien opprimé dit :

    Si Lakhdahr Bouregaa,un combattant héroique de la guerre de libération nationale,une figure emblématique du patriotisme algérien,un des fondateurs du Front des Forces Socialistes aux cotés du grand Hocine Ait Ahmed.
    Si Lakhdahar,un homme d’une sobriété exemplaire,toujours présent à l’appel de la nation!Une bibliothéque d’informations sur le déroulement des opérations militaires menées par nos vaillants moudjahidines.
    Cet homme,pour qui le conait est si simple qu’on ne se lasse pas de le cotoyer;il est l’exemple meme des serviteurs intégres de la patrie algérienne!
    Merci si Lakhdhar d’avoir participé à la libération de notre pays et longue vie pour la continuation de ton combat démocratique parmi nous!

  3. taibi adlene dit :

    Bonjour,

    Je suis le fils d’un combattant de l’ALN (Wilaya IV) Moha Chebli (de son vrai nom TAIBI Mohammed) connu aussi sous le nom de Mohaziane. Il etait commissaire politique de la région II Zone II (Omaria Ex Champlin et Loverdo).

    Mon père est décédé le 26 Mai 1986 suite aux séquelles des blessures qu’il a eu en 1962 au niveau du ventre. A son décès, je n’avais que 17 ans et donc je connais très peu de son passé militaire au sein de l’ALN.

    Je vous demande donc de me contacter sur mon adresse E-mail si vous avez connu ou cotoyé cet homme ou de mettre en contact avec des gens ayant combattu avec lui.

    Il a rejoint le maquis avec son gendre Kerrouche aissa mais ce dernier est tombé au champ d’honneur dans une grande bataille au mois de mai 1959 à ouled Bouachraa (Médéa) avec Si M’hamed Bougara.

    Je suis avide de connaitre l’histoire de la révolution (la vraie) de la bouche et des écrits des véritables combattants de la révolution.
    je vous demande Monsieur d’écrire vos mémoires même si elles ne sont pas publiées. L’histoire retiendra un jour ce que vous avez fait pour ce pays.

    Gloire à nos martyrs !

  4. Amine dit :

    Bonjour,

    j’aimerai bien me procurer le livre ce livre. Pouvez vous m’aider s’ils vous plait? Vous pouvez me contacter par mail.

    Merci d’avance.

Laisser un commentaire