• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 29 juin 2009

Archive pour 29 juin 2009

L’extradition de MOUMEN Khalifa

Lundi 29 juin 2009

khalifabouteflika.jpgkhalifa.jpg

Un problème pour les autorités Algériennes

Les réactions mitigées, timides et mesurées des autorités algériennes à la décision de la justice britannique d’autoriser l’extradition du « puissant homme d’affaire » Rafik Khalifa, expliquent la gène des « premiers concernés » par une affaire aux relents politiques, judicaires et financiers certains. Si dans leurs déclarations officielles, les autorités s’en félicitent de cette décision, la réalité est tout autre. Elle a provoqué une secousse dans les hautes sphères et  mis dans l’embarras les responsables qui se sont crus débarrassés définitivement d’un dossier aux dessous incommensurables. L’affaire Khalifa est une affaire d’Etat. Un empire financier construit de toute pièces par les puissants du régime sur les ruines de l’économie nationale. 

(suite…)

L’autonomie de la Kabylie

Lundi 29 juin 2009

scorpion.jpg

Une dangereuse convulsion politique

Réagissant à la proposition de Nicolas SARKOZY d’organiser un référendum sur un éventuel statut d’autonomie pour la Martinique, le chanteur Kabyle Ferhat MHENNI a demandé au chef de l’Etat FRANCAIS de suggérer ce genre d’autonomie  »aux pays anciennement colonisés » dont l’Algérie fait partie. Selon MHENNI  » M. Nicolas Sarkozy, en agissant comme il vient de le faire, se révèle dans toute la splendeur d’un homme d’Etat. ». Cette splendeur selon MHENNI doit servir de modèle de gestion pour la rive sud. 

La réaction de ce farfelu chanteur qui passe son temps à slalomer entre les files de sa guitare et les cordes de la politique,  ne fait que prouver son indigence intellectuelle. La proposition de MHENNI ne fait qu’apporter de l’eau aux moulins de ceux qui trouvent « séquentiellement » et depuis l’indépendance, tous les motifs pour ajourner la démocratie sous les fallacieux prétextes de dangers sur l’unité nationale, Hizb frança et de la main étrangère… etc. 

(suite…)

Djamila MOULA, l’ex – épouse de MATOUB LOUNES, sort de son mutisme

Lundi 29 juin 2009

matoub.jpg

C’est une femme touchée dans son amour propre qui a réagi au reportage de la dépêche de Kabylie consacré à la vie privée de Matoub LOUNES. La célèbre Djamila, sur laquelle MATOUB a composé ses meilleures chansons a rompu le silence qu’elle s’était imposée depuis des années. Une femme dont les qualités morales et surtout l’éducation sont légions. C’est par humilité, et surtout par respect à la vie privé du défunt, que Djamila n’a jamais osé intervenir dans des débats qui relèvent de l’intimité et des affaires familiales.   

Par respect à cette femme dont le courage est légendaire, nous reproduisons l’intégralité de la lettre qu’elle a adressée aux journaux concernés la Dépêche de Kabylie et l’Expression. Ces derniers ne l’ont pas publiée.  La lettre de DJAMILA 

Suite à l’article du “journaliste” Aomar Mohellebi intitulé Témoignages inédits sur Lounès Matoub, je me vois dans l’obligation de porter des précisions et remettre les pendules à l’heure. Je trouve inadmissible d’aller interviewer ma vieille mère âgée de 70 ans, 11 ans après le décès de Matoub Lounès, pour lui extirper des informations dans le but de discréditer d’autres personnes proches du défunt. Profiter de la naïveté et de la candeur d’une per sonne âgée pour redorer son blason de journaliste toujours à l’affût du sensationnel m’est insupportable.

Si ce que ma mère, la voisine, ou un autre proche de Lounès ont à dire est si important ou inédit, pourquoi avoir attendu 11 ans après le décès de l’artiste pour aller les interviewer ? Il n’y a pas si longtemps, ce même “journaliste” encensait la famille Matoub et sa veuve dans les colonnes d’un journal connu pour ses accointances avec le pourvoir algérien.

Que les lecteurs n’aillent pas croire que ma mère ou moi-même ayons une quelconque relation avec La Dépêche de Kabylie ou l’Expression. Personnellement, j’aurais souhaité que mon nom ne soit jamais associé à ces journaux *.  Je ne comprends pas comment quelqu’un qui prétend avoir connu Lounès, qui a toujours prétendu avoir été son ami, ait pu écrire un article pareil ; car connaissant Lounès, je suis sûre et certaine qu’il n’aurait jamais accepté ce genre d’article qui n’est qu’une grave atteinte à sa vie intime et à celle de sa veuve. Au lieu d’aller déterrer des ragots de trottoir, ce pseudo journaliste aurait mieux honoré sa profession s’il s’était engagé dans un journalisme d’enquête pour faire jaillir la vérité sur l’assassinat de Lounès. C’est ça qui aurait pu être inédit ! Ou bien a-t-il peur que la vérité risque d’éclabousser ses sponsors ? Ce n’est pas en surfant sur la célébrité de Lounès et le capital sympathie qu’il avait chez le peuple kabyle qu’il nous démontre qu’il est un journaliste. 

Mais n’est pas journaliste d’investigation qui veut, Cependant, journaliste de ragots, c’est à la portée de tout le monde.

Djamila Moula