Un syndicat affilié à l’UGTA pour les journalistes

pressepriveefocusfull.jpg 

Une mauvaise nouvelle pour les journalistes, notamment ceux du secteur privé. Ces derniers se retrouvent confinés dans un syndicat réputé pour être très proche des cercles du pouvoir. La constitution d’un tel syndicat en ce moment confirme les velléités du pouvoir de tout normaliser et de tout corrompre. La crédibilité de la presse privée est désormais mise à mal et son avenir semble incertain. Vis-à-vis des organisations étrangères solidaires du combat des journalistes algériens, cette affiliation est inopportune. C’est une opération de mise au pas de la plume. Pire encore, c’est une mise en boite de l’un des piliers essentiels de la démocratisation du pays. La normalisation de la presse équivaut à la destruction d’un pilier de la démocratie. Les seuls bénéficiaires de cette transaction douteuse sont les patrons de la presse privée qui disposent désormais de pouvoirs exorbitants. Ils ne sont redevables d’aucune obligation et ne se soumettent à aucune obligation professionnelle. Franchement, les journalistes affiliés à l’UGTA deviendront de simples valets – délateurs au service des services !!!

Assimilant pouvoir, Etat et société, les décideurs incapables d’inscrire leur action dans une perspective de construction d’un Etat moderne, structurent l’impasse, cultivent le mensonge et élargissent la corruption. Cette tentative d’embrigadement de la presse dans une structure dont les promoteurs sont des porteurs d’ordre de missions, confirment que le pouvoir struture l’impasse en bloquant toute dynamique politique et social. Un syndicat sérieux, à la hauteur des défis que doit relever le pays est necessaire. Il faudra rassembler toutes les bonnes volontés pour engager de nouveau le pays dans la modernité. L’autonomie de réflexion doit guider cette démarche pour ne pas tomber dans les simulations théatrales du pouvoir et éviter ainsi d’être entraîné sur les entiers périlleux des faux semblants et des fausess alternatives.

Posté par rimka

2 Réponses à “Un syndicat affilié à l’UGTA pour les journalistes”

  1. Smail FFS dit :

    Le syndicat des journalistes algériens ,privés ou publiques,sont,à mon avis soumis à une meme soumission, à savoir celle édictée par le systéme en place depuis l’indépendance.Dire qu’un syndicat est réellement autonome dans un pays où toutes les libertés sont confisquées par un pouvoir oligarchique,serait tout simplement frappé d’un non sens flagrant.Le syndicat des journalistes affilié à l’UGTA,et l’UGTA affiliée au pouvoir ce n’est finalement qu’une formalité d’usage dans un pays où tout est manipulé et tout préfabriqué dans les laboratoires de la perfidie!En fait,toutes les organisations nationales sont affiliées au pouvoir qui les utilise à bon escient et au moment où il en a besoin pour servir ce qui est de droit pour lui et uniquement pour lui!En somme des syndicats, au service des services !

  2. Smail dit :

    Plusieyrs de commentaires ne sont pas affichés sur ce blog!Je ne comprends pas!

Laisser un commentaire