• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 16 juin 2009

Archive pour 16 juin 2009

Ghardaïa : l’escalade policière

Mardi 16 juin 2009

police1.jpg

Le Front des Forces Socialistes a réagi à l’arrestation de 5 de ses militants dans la wilaya de Ghardaïa. Moins d’un mois après le procès de BAB NEDJAR Mohamed, dont les dessous politiques ne sont pas totalement avérées, une véritable opération de chasse aux militants du FFS est lancé par les services de sécurité. La menace d’OULD KABLIA contre le FFS qu’il accuse d’être derrière les troubles de BERIANE, est mise à exécution.

COMMUNIQUE URGENT    5 militants du FFS, dont le docteur Kamel Eddine FEKHAR membre de la direction du parti et SOUFGHALEM Kacem vice président de l’APC de GHARDAIA ont été enlevés, cet après midi à l’intérieur même de l’enceinte de l’APC, par des policiers en civil. Une véritable opération de chasse aux militants du FFS est orchestrée pour tenter d’étouffer par l’intimidation et la menace, une contestation pacifique de plus en plus forte. Ces arrestations confirment le caractère haineux, violent et raciste du pouvoir, qui à défaut de soumettre la région par la persécution policière et la  cooptation de faux représentants, tente de faire taire des militants dont la notoriété populaire est incontestable.   le vendredi passé, 3    autres militants du FFS sont arrêtés à BERIANE, une commune qui vit depuis quelques mois, un véritable état de siège. La brutalité qui s’abat sur la population de cette commune est digne de l’époque coloniale. Perquisitions nocturnes, arrestations arbitraires, répressions …sont autant de violences subies au quotidien par les citoyens.  Au lieu de répondre au mécontentement des citoyens, le pouvoir opte pour l’escalade policière et l’instrumentalisation d’une partie de la population contre une autre. Comme à l’accoutumée et à chaque échec dans la gestion d’une crise quelconque, si ce n’est pas la main étrangère, c’est le FFS qui est accusé d’être derrière les troubles et les soulèvements de populations. La réalité est qu’au nord, comme au sud, à l’est comme à l’ouest du pays, que ce soit en Kabylie en 2001, à Ghardaïa en 2004 où à BERIANE aujourd’hui, les citoyens sont conscients et convaincus que seules les autorités sont responsables des assassinats, des destructions et des dégâts causés par ces événements. La transformation systématique de l’expression citoyenne en émeute suivie d’une répression féroce et de l’arrestation, puis la mise en accusation d’honnêtes citoyens où l’on retrouve des militants associatifs, politiques ou syndicaux, constitue la cause principale qui provoque les réactions de colère des citoyens. 

Aujourd’hui, nul n’ignore que la stratégie de prise en étau de la population entre la répression et le chantage au chaos qui semble être le choix stratégique de ceux qui haïssent par-dessus tout, l’auto- organisation de la société NE PASSE PAS. Ghardaïa d’où est sorti QASSAMAN ne déméritera pas et continuera à se mobiliser SANS PEUR. SANS VIOLENCE ET SANS PASSION pour que vivent dignement les algériennes et les algériens dans une Algérie libre et heureuse. 

Les sociaux démocrates en mouvement !!!

Mardi 16 juin 2009

is.bmp

Conseil de l’Internationale Socialiste 

Le conseil de l’internationale socialiste se réunira à Budva, République du Monténégro les 29-30 juin. Cette organisation mondiale des partis sociaux-démocrates, socialistes et travaillistes, dont le Front des Forces Socialistes est membre, rassemble actuellement 170 partis et organisations politiques de tous les continents. La première réunion du conseil après le 23ème congrès tenu à Athènes. Un congrès qui a connu la participation de plus de 650 représentants et qui a abordé quatre questions clés qui sont au centre des préoccupations du mouvement social-démocrate mondial et de la communauté internationale en général : le changement climatique, la paix et la résolution des conflits, l’économie mondiale et la question de la migration. Ces différentes thématiques abordées lors du 23ème Congrès de l’IS font l’objet d’une feuille de route pour les trois prochaines années à venir. L’Internationale s’engage dès lors à instaurer de véritables échanges de vues avec toutes les organisations progressistes pour faire avancer la gouvernance mondiale sur ces questio ns. Dans cet ordre d’idées, l’IS se réjouit des échanges déjà fructueux avec des partis non-membres de l’organisation, tels que le Parti communiste chinois, le Parti démocrate américain et le Parti du Congrès indien, qui ont tous exprimé leur volonté et leur disponibilité à œuvrer avec l’IS pour créer des synergies réelles et utiles sur ces questions fondamentales pour l’avenir de notre planète. Un forum à suivre pour participer aux luttes progressistes.

L’arbitre du jeu

La cour constitutionnelle refuse le 3ème mandat au président

Mardi 16 juin 2009

mamdoutanjer.jpgdrapeauniger.jpg

Le Niger sur la voie de la démocratie  

Mamadou Tandja, président du Niger, s’est vu refusé sa demande d’organisation d’un référendum de révision constitutionnelle. La Cour constitutionnelle a définitivement enterré le projet et a mis fin aux velléités carriéristes du chef de l’Etat. Du coup, le projet de référendum, prévu pour le 4 août prochain est annulé. Il faut savoir que les arrêts de la plus haute juridiction nigérienne sont sans appel. Un revers cinglant à Mamadou Tandja qui depuis des mois s’emploie à faire passer son projet. La cour constitutionnel voit dans le décret présidentiel un véritable détournement de pouvoir et de la procédure. C’est une remise en cause déguisée de la constitution que le chef de l’Etat se doit, du fait de son serment, de respecter et de faire respecter. En attendant la réaction des autorités politiques de ce pays, il n’est pas exagéré de dire que la démocratie est en bonne voie en Afrique. Il ne reste aux despotes et autr es  d ictateurs sanguinaires que de se plier aux lois et aux obligations du millénaire.

L’arbitre du jeu