L’économie algérienne en agonie……

5 août 2009

crise2conomique2.jpgcriseconomique1.jpg

En constatant les déboires que connaît notre économie en constant balbutiement, l’on peut affirmer que nos économistes travaillent dans “l’à peu prés” et l’approximatif!Point de stratégie étudiée, planifiée avec un minimum d’acuité et d’intelligence .Le département ministériel chargé de planifier et comptabiliser les dépenses publiques avec une péréquation sectorielle rigoureuse semble patiner devant une demande de besoins accrus des populations. Les lois de finance approuvées par une assemblée nationale sont plus intéressées par s’octroyer des privilèges que de poser les vrais problèmes de régulation et d’ajustement des dépenses de l’état. Elles sont vite promulguées par le gouvernement avec une force incantatoire nonobstant l’exécrabilité des mesures prises, au détriment des ménages aux faibles revenus. La dernière mesure en date, est celle de la suppression arbitraire des crédits à la consommation sachant que celle-ci ne pénalise que les citoyens désireux d’acquérir un véhicule avec l’aide de prêts bancaires. Une vraie boutade lancée en pleine figure du citoyen modeste qui aspire à posséder une voiture qui demeure une nécessité absolue à notre époque.
Au lieu de s’atteler à lutter contre la gabegie,le gaspillage et la malversation,le gouvernement s’adonne à la confection , en laboratoire d’essais perpétuels,des lois de finance qui ne se soucient guère des intérêts économiques du pays. Les institutions de l’état, de la Présidence aux wilayates,en passant par toutes les instances élues,l’on constate une gestion désastreuse sans équivoque,des biens publics suivie de dépenses inutiles uniquement pour satisfaire les appétits d’une vie fastueuse de nos dirigeants. Des véhicules flambants neufs, achetés à coups de milliers de dollars sur le dos des contribuables sont parqués aux alentours des administrations au gré de leur détérioration par les intempéries. Nous savons tous que lorsque ces véhicules tombent en panne pour faute d’un manque de pièces de rechange, ces derniers sont oubliés ju squ’à l eur abandon dans des cimetières de cases automobiles.

Le système a fini par montrer ses faiblesses en matière de gestion des affaires publiques. La manne financière mirobolante engendrée par l’exportation des hydrocarbures commence à se vider par rapport à la baisse du prix du pétrole. Le gouvernement panique et ne sait plus comment réduire ses dépenses pour équilibrer sa balance commerciale; il se rabat sur des mesures qui frapperaient uniquement les couches défavorisées en leur imposant des taxes exorbitantes qu’ils ne pourraient supporter à l’avenir. Les procédés de révisions budgétaires adoptées par le gouvernement ne profitent qu’aux riches de ce pays accentuant les difficultés de survie du pauvre citoyen auquel on applique une austérité rigoureuse. Au regard des milliards de dollars recueillis grâce à la vente du pétrole, l’état aurait pu investir sérieusement dans l’agriculture et l’industrie alimentaire .En agissant de la sorte, le pays se serait mis à l’abri d’une facture alimentaire insupportable et par la même occasion réduire de beaucoup nos importations tout en créant un emploi durable à nos jeunes sortis des grandes écoles. Mais hélas, le gouvernement s’est totalement orienté vers une économie de bazar et une économie rentière. La crise financière mondiale frappe durement à nos portes et alors, beaucoup de ménages se retrouveront affaiblis sans trouver remède car nos laboratoires de la création économique se retrouveront dans l’incapacité d’y répondre. A ce moment-là, bonjour et bienvenue à la descente aux enfers et à une paupérisation aux métastases proliférants à une vitesse vertigineuse.

Lamrous SMAIL

2 août 2009

الأمين الوطني المكلف بالقضايا oulddada.jpgالمغاربية

إلى السيد أحمد ولد داده

    تضامن مع النضال الديمقراطي في موريطانيا 

يشرفني، نيابة عن  رئيس الحزب السيد « حسين آيت أحمد »، و عن أعضاء الأمانة الوطنية، و عن كل مناضلات و مناضلي جبهة القوى الاشتراكية، أن أرفع إليكم و إلى كل المناضلين الديمقراطيين في وطننا العزيز موريطانيا أسمى آيات العرفان و التقدير لنضالكم اليومي و الدؤوب من أجل « موريطانيا حرة و ديمقراطية ».  لقد ناضل أجيال و أجيال في وطننا المغاربي الكبير من أجل تمكين شعبنا من أجل حقه في تقرير مصيره، و إن تحقق جزء منه بفضل تضحيات قوافل من الشهداء في سبيل رير وطننا الغالي من نير الاستعمار البغيض، إلا أن حق تقرير المصير لم يكتمل بعد، فهو لا يقتصر فقط على إزالة الاستعمار و إنما يشمل كذلك حق شعبنا في اختيار النظام السياسي الذي يريده، و اختيار ممثليه في اقتراع عام حر، ديمقراطي و نزيه. 

و لكن أحلام الحرية و الديمقراطية سرعان ما تبخرت عبر أنظمة سلبت شعوبنا أبسط حقوقها، أنظمة انتصبت عبر انقلابات عسكرية، و شبه انقلابات عسكرية، وانتخابات تفتقر لأبسط المعايير الديمقراطية. إن ما جرى مؤخرا بموريطانيا، من انقلاب عسكري صريح ثم انقلاب عسكري ضمني بواجهة انتخابية، و هو ما حدث و يحدث في الجزائر، إن دل على شيء فإنما يدل على تقهقر الديمقراطية في مغربنا الكبير بمباركة إقليمية و دولية. لقد علمتنا التجربة ألا ننتظر شيئا من مجتمع دولي ظل طوال أكثر من عشرية واقفا يتفرج على تقتيل و تذبيح عشرات الآلاف من الجزائريين، ما دام مطمئن على مصالحه التي ترعاها أنظمتنا.

إننا متيقنون أن ما حدث ليس من شأنه أن يثبط من عزائمكم أو يمس من روح النضال التي تغمركم، بل يجب أن يعطي هذا دفعا قويا لكل القوى الديمقراطية، أحزاب ونقابات ومجتمع مدني، من أجل أن تتوحد و تتكتل من أجل بناء بديل ديمقراطي من شأنه أن يخرج موريطانيا من الأزمة التي تعيشها

· من أجل موريطانيا حرة و ديمقراطية 

جبهة القوى الاشتراكية 

       

Un monde aux dictatures multiples

29 juillet 2009

Titre choisi par l’arbitre du jeu 

 atlasglobeceleste.gif

A bien y réfléchir et se poser des questionnements au sujet de tous les gouvernants de cette planète, nous pouvons déceler des formes de dictatures aux multiples visages. Tous les peuples, même ceux des pays développés, sont bannis du centre de décision qui engage leur avenir. On parle très souvent de démocratie existante dans sociétés “civilisées” mais force est de constater que tout ceci n’est qu’un véritable leurre auquel les gouvernants veulent nous faire croire. Les états unis d’Amérique, une super puissance, n’est finalement dirigé que par les lobbies juif qui ne dit pas réellement son nom. Faisons cette petite analyse: le pays du racisme où les noirs ont toujours été séquestrés, battus à mort, humiliés, ghettoïsé, interdit d’accès aux blancs, a élu un noir aux plus hautes responsabilités de l’état. Certains diront bien sur que ceci est une victoire des noirs sur le racisme! Mais faut-il vraiment prendre au sérieux ce choix? Il faut apprendre que toutes les élections dans le monde entier ne sont que parodies et que le véritable choix se fait dans les coulisses de la diaspora et des apparatchiks .Les juifs détiennent toutes les finances de la planète toute entière et la pseudo crise financière que nous vivons en ce moment n’est que le fruit d’un stratagème juif et sans plus! Ceci, concernant les supers puissances. Quand aux autres pays que l’on appelle communément sous développés, il est clair que les gouvernants de ces derniers ne sont que des potiches et ils ne servent que les intérêts de ceux qui les soutiennent et maintiennent au pouvoir. L’analyse approfondie de la situation économique mondiale peut  démontrer et éclaircir toutes les prépondérances exercées par un groupe d’intérêts très solides fortifié autour d’un lobby juif. En définitive, l’Etat d’Israël, n’est qu’ ‘un simple joujou entre les mains des juifs américains qu’ils manipulent tel un épouvantail dans la région orientale. Les américains en Irak, les menaces d’attaques perpétuelles sur l’Iran, la guerre en Afghanistan, sont purement fomentés par les gros financiers juifs pour assouvir leurs appétits lucratifs. Nous reviendrons, dans prochain commentaire sur cette question Inchallah. 

 

Posté par Smail  

Nous sommes nombreux à croire que le changement est possible !

29 juillet 2009

 espoir.jpg

Le titre choisi par l’arbitre   

Je ne veux aucunement offusquer l’arbitre du jeu et encore moins mes amis blogueurs, mais comme dirait l’autre, un sentiment refoulé est un glaive épinglé dans son fourreau. Honnêtement, je me suis toujours confiné dans cette idée forgée par ces années de luttes et de révoltes, celle qui cernait mes angoisses et mon courroux dans une citadelle incommensurable de pacifisme et de tolérance. Ces années d’une jeunesse ravies à une existence qui s’annonçait pourtant prometteuse et étincelante, juste à la hauteur de mes moyens et compétences .Narrer mon expérience, ou décrire mon désarrois n’a plus de sens ou plutôt, n’aura jamais cet impact escompté puisque nous avions eu tous les mêmes espoirs mes surtout nous avons tous subi la même désillusion. Nous avons presque tous grandi dans cette Algérie post –indépendance, celle qui nous assurait « hypocritement » la gratuité de la scolarité et des soins, puis nous étions pratiquement tous bercés ou bernés par ces champs révolutionnaires qui cultivaient en nous cette faculté précoce de patriotisme poilu qui rendait ennemi tout ce qui n’est pas Algérien au sens culturel ou autre . Nous faisions tous partie ou presque de cette génération qui croyait que l’unique sentier qui puisse nous acheminer vers le salut, est l’accès à l’université, cet espace mythique qui devait nous offrir les clefs de voûtes vers le confort et la prospérité. Hélas nous étions peu nombreux à déceler l’appât sans pour autant mordre à l’hameçon, l’hameçon de la normalisation et du néant.  J’ai prémédité le fait de ne pas citer les événements du 05 Octobre 1988 car à cette époque, on nous a forçait à quitter les bancs de l’école primaire pour gonfler les rangs de la marche organisée dans notre localité, je me rappellerai toujours du slogan scandé particulièrement « abat la dictature », j’étais un gamin de onze ans mais le fait que j’avais eu à l’époque ce sentiment de faire  quelque chose sans mon aval, cela m’est resté de travers jusqu’à présent. 

Lire la suite de l’article »

Quelle est la différence entre le pouvoirs d’un Roi et les « présidents » à vie ?

27 juillet 2009

karimtabbou.gif

Contribution de Karim TABBOU au conseil national du FFS 

Depuis l’élection de BOUTEFLIKA et les événements qui sont s’en suivis, le pays vit une période de repli et de régression politiques. Les menaces et les atteintes sur le pluralisme et les libertés se précisent. Tout se passe comme si le peuple algérien, à l’instar des peuples du Maghreb, est à son tour corseter dans des normes politiques imposées à cette région. Au-delà des variétés institutionnelles et des colorations politiques des régimes, on voit bien que les peuples du Maghreb connaissent un niveau limité et réduit de libertés. Une vraie homogénéité des régimes qui se constate dans le degré d’autonomie individuelle et collective ainsi que les espaces de libertés qu’ils concèdent et octroient à leurs peuples. 

Lire la suite de l’article »

Militer, c’est respecter une éthique

24 juillet 2009

cnduffs.jpg

Conseil national du FFS 

Le titre du modérateur 

Militer aujourd’hui au sein d’un parti démocratique tel que le FFS n’est sûrement pas une simple sinécure. Le FFS est certainement un parti à prendre très au sérieux tant sur le plan revendication politique qu’organisation structurale. Sur le plan politique, le militant est astreint à transporter tout d’abord en lui un engagement et des convictions en conformité avec l’idéologie socialiste qu’incarne le parti. Quant au plan organisation, le FFS s’est notamment doté de règlements et de résolutions sérieux à tel point que nulle désobéissance ne soit admise voire même acceptée. Pour exemple, le dernier conseil national extraordinaire tenu le 24 Juillet 2009, a sonné comme un glas dans l’enceinte de la salle de réunion, car la commission de médiation et de règlements des conflits a rendu son verdict sur l’affaire des Maires FFS qui se sont rendus coupables de désobéissance en répondant plutôt aux appeaux du pouvoir qu’aux mises en garde de la Direction Nationale. Plusieurs sanctions que l’on peut juger clémentes ont été prononcées contre ces derniers, car bon nombre de militants auraient voulu que ces derniers soient irrémédiablement exclus des rang s du parti. Par ailleurs, cette même commission a présenté devant les membres du conseil national, l’introduction d’un article jugé très important (Art.24 bis) relatif à la sanction à prendre contre un membre du conseil national qui aurait manqué à la déontologie politique du parti. Cet article, avait après sa lecture, soulevé quelques remous rébarbatifs parmi les membres du conseil national qui l’ont jugé trop pénalisant. Le premier secrétaire national, Mr Karim Tabbou, prit la parole pour remettre de l’ordre dans les idées de ces derniers qui ont tout de même fini par son adoption à l’unanimité. En conclusion, nous pouvons annoncer qu’au FFS, c’est du sérieux et que tous ses militants on en pris conscience et c’est tant mieux pour le parti. 

Posté par SMAIL 

Tibéhirine : mensonges d’Etat sur un massacre

21 juillet 2009

 Par JOSÉ GARÇON, Libération, juillet 2009 

moines3.jpgkhalifaaa.jpg

En 1996, sept moines français sont retrouvés décapités, officiellement par les islamistes. Selon le témoignage d’un général français, ils auraient été tués par l’armée algérienne et Paris aurait gardé le silence. 

Le témoignage d’un général français, ex-attaché de défense à Alger aujourd’hui en retraite, François Buchwalter, et la détermination du juge Marc Trévidic vont-ils contraindre Paris à sortir de son silence sur l’affaire la plus dramatique et opaque des relations franco-algériennes pendant la sale guerre de la décennie 90 contre les islamistes : l’assassinat en 1996 en Algérie des sept moines français de Tibéhirine attribué officiellement aux Groupes islamistes armés (GIA) ? 

Les informations publiées hier par le Figaro et le site Mediapart relancent, à partir de témoignages difficiles à contester, la piste que la conjugaison de trois raisons d’Etat, en France, en Algérie et au Vatican dissimulent depuis treize ans : les trappistes ont bien été tués par l’armée algérienne au cours d’un ratissage. Mais il y a pire. Les services algériens seraient à l’origine de la mise en scène macabre attribuée elle aussi aux GIA : la décapitation des religieux dont, seules, les têtes ont été retrouvées sur un e rout e proche de Médéa deux mois après leur enlèvement, pour mieux suggérer un crime islamiste. L’armée aurait en outre dissimulé les corps pour effacer tout indice susceptible de mettre en cause la version officielle. 

Lire la suite de l’article »

LA PRESSE NATIONALE

20 juillet 2009

casquettemilitaire.jpgipresse.jpg

Dirigée par les services et pour les services! 

Il est notoirement su que la presse algérienne est totalement dirigée par les services et pour les services! Au lendemain de l’indépendance, existaient deux quotidiens nationaux: El Moudjahid et Le Peuple.  Pour nos jeunes qui ne le savent pas, ces deux journaux sont les moyens d’information de l’Etat algérien. Les journalistes qui y écrivaient, étaient au service de l’information que voulait passer le régime de l’époque. Nul journaliste n’avait le droit de s’exprimer à sa guise et surtout d’outrepasser les consignes données par la direction de la publication nommée par le Ministre de l’Information de l’époque. Au lendemain de l’avènement du multipartisme, furent crées une multitude de journaux indépendants qui, croyant pouvoir s’ouvrir vers une information libre, se rendirent vite à une triste réalité. Tous les quotidiens sans exception ont été mis au pas et, l’information ne leur ai donnée par les cercles du pouvoir que par compte-gouttes et, bien filtrée. Bien des journaux ont été obligés de mettre aussitôt la clef sous le paillasson pendant que les autres furent astreints à coopérer avec les services de l’état pour maintenir leur survie. La loi scélérate sur l’information ayant été votée par une assemblée nationale fantoche a mis fin à la liberté de la presse et, et plusieurs peines d’emprisonnement ont été prononcées à l’encontre de beauco up de  journalistes qui ont enfreint à cette loi. Le problème est que parmi nos journalistes, il y en a qui sont “peureux” et d’autres plutôt “véreux”! Quand vont-ils s’entendre pour mieux s’organiser et arracher ce droit de mieux informer car la population a le droit de savoir.

 Posté par AMGHAR AZZEMNI 

Affaire des moines de Tibhirine

20 juillet 2009

jesus.gifzerhouni.jpg

Le ministre de l’intérieur et des collectivités locales, Nour Eddine Yazid ZERHOUNI a qualifié les déclarations du Général Français en retraite François Buchwalter qui avait accusé l’armée algérienne d’avoir décapité les moines pour accréditer la thèse du GIA, de théâtre japonais. Zerhouni qui semble maitriser parfaitement l’art du théâtre japonais qui consiste à « faire danser des marionnettes et, à l’arrière salle, il y a un souffleur qui leur dicte les paroles à prononcer », ne dévoile pas l’identité de ces souffleurs de l’ombre. Il faut dire que la multiplication des activités de« l’aart » et de l’inculture a eu une influence certaine sur l’inspiration de nos ministres. La réponse de ZERHOUNI en est symptomatique de cette maladie à éviter la réalité par des mensonges artistiquement exprimés. Quant à sa réponse sur l’assassinat des moines, c’est une réponse d’un colonel à un Général c’est-à-dire mi figue mi raisin  Posté de l’église           

Les hôpitaux algériens à l’arrêt !

20 juillet 2009

medecineelalgrie1.jpg

Les hôpitaux algériens sont confrontés ces dernières semaines à un problème épineux de rupture de stocks des produits pharmaceutiques. Les interventions chirurgicales et les séances de chimiothérapie sont annulées et reportées à une date inconnue et les patients sont renvoyés pour des rendez-vous incertains. Si le ministre se défend et dément « les allégations » de rupture de stocks, la réalité du terrain est tout autre. Au Centre Pierre Marie Curie  (CPMC) de l’hôpital Mustapha Bacha, les produits de chimio sont introuvables.  Des séances qui devaient êtres procurées aux patients en mois de mai ne sont pas encore réalisées en juillet. Des patients admis au service des urgences qui nécessitaient des interventions rapides ont du at tendre des jours voire des semaines pour se voire réorienter vers des cliniques privées. Un chirurgien du service de médecine interne de cet hôpital a vivement critiqué le système d’approvisionnement des hôpitaux en produits pharmaceutiques «  La loi laisse les grands fournisseurs exercer le monopole total sur un marché relevant normalement de la souveraineté nationale. Ces fournisseurs sont bien sur choisis en fonction de leur proximité avec les affairistes du système ». Visiblement épuisé par les désagréments quotidiens de l’hôpital, il explique que « les patrons de ce pays se soignent à val de grâce, ils n’ont plus besoin ni d’hôpitaux et ni de chirurgiens. Ils ont le pétrole et le passeport rouge, point à la ligne ». Toute la problématique est là !! le chirurgien a entièrement raison 

Posté de l’hôpital Mustapha 

12345...12